You are here: Home » Actualités » Un gouvernement frappé de malédiction et de damnation

Un gouvernement frappé de malédiction et de damnation

Un gouvernement frappé de malédiction et de damnation

Sévère mais presque juste notation d’un «gouvernement» honni

Par ARM

   Une indescriptible malédiction frappe à jamais la chose hideuse qu’on présente comme étant le prétendu «gouvernement» de l’usurpateur Azali Assoumani. Cette chose innommable pourrit la vie des Comoriens depuis le 31 mai 2016, soit cinq jours après le deuil que constitue l’investiture de son chef, et à ce jour, on attend le moment hautement improbable au cours duquel on pourra annoncer quelque chose de positif aux Comoriens. Or, avec le plus bel optimisme et une inébranlable foi du charbonnier, les Comoriens et la communauté internationale ne voient rien venir. Les désillusions succèdent aux désillusions. La médiocrité la plus crasse est devenue le lot quotidien des Comoriens. Les effets d’annonce ne manquent pas, mais on n’en voit guère le moindre début d’action et le moindre aboutissement.

   Et c’est ainsi que le «saigneur» Azali Assoumani dit en secret aux membres les plus proches de son sérail: «Je ne sais pas comment tout cela va finir. Je prie Dieu pour que les Comoriens ne se rendent pas compte que je suis totalement dépassé par la situation de notre pays. Les plus hypocrites parlent de mon “expérience”, arguant du fait que, comme j’ai déjà été Président par le passé, je suis aguerri pour être un bon Président aujourd’hui. C’est une bêtise, mais il ne faut pas que ça se sache. Les Comores des années 1999-2006 ne sont pas les Comores des années 2016-2021. Je suis en déphasage total avec la société comorienne et ses besoins actuels. Je n’ai personne de valable pour m’aider. Mais, ce sont de tristes réalités que nous ne pouvons pas reconnaître en public. Gardons ça pour nous».

   Cet aveu fait dans la plus stricte intimité du sérail mafieux de cet homme habitué à s’imposer aux Comoriens par la force et la fraude n’a pas à être fait sous le manteau puisque les Comoriens ne sont pas des gros bébés à qui papa et maman peuvent s’embrasser dans le noir tout en leur disant qu’ils sont en train de sucer des bonbons «Pecto» et de mâcher des Carambars au goût d’ananas. Et le blog mbadakome.skyrock.com nous apprend des choses tout simplement ahurissantes sur ce prétendu «gouvernement». Mesdames et Messieurs, lisons, s’il-vous-plaît: «Comme cela s’est passé sous le mandat d’El Hadj Docteur IKILILOU, l’évaluation de l’action gouvernementale est maintenue sous AZALI II. En effet, le jeudi dernier l’action du gouvernement AZALI vient d’être évaluée par le directeur du prestigieux collège narilé-rilaléMangeons et dormons»] (Gouvernement) qui aussi le neveu du président et le secrétaire général du gouvernement, M. IDAROUS HAMADI a passé au crible les actions conduites par les différents ministères et les vice-présidences. Sur l’évaluation intérimaire de 2016, transmise aux différents services de l’État, depuis la formation du 1er gouvernement à aujourd’hui, il y avait 134 actions réparties ainsi:

   Actions ministérielles – objectifs réalisés en %: ministère des affaires extérieures 7 actions 16%; ministère de la Justice 22 actions, 0%; ministère de l’Intérieur 22 actions, 13%; ministère de l’Économie 16 actions, 0%; ministère de Finances 15 actions, 6%; ministère des Transports 9 actions, 22%; ministère de l’Agriculture 18 actions, 10%; ministère de la Santé 11 actions, 7%; ministère de l’Éducation 14 actions, 12%.

   Bref, au total les objectifs atteints par le gouvernement s’élèvent à 9% soient 12,06 actions réussies sur un total de 134 actions. À regarder de près le bulletin de notes gouvernemental, la médiocrité de leur niveau de classe saute aux yeux et que de manière générale, la classe est loin d’être atteinte».

   Comment ça se fait que le ministère de la Justice, dirigé par le plus prestigieux de tous les descendants du Prophète, une sommité tombée du ciel sur décision de Dieu, et qui est nommé sur un décret de Dieu lui-même, soit à 0%? La question se pose, et les Comoriens en attendent la réponse parce que le fameux ministre céleste et donc divin sait tout et avait tout promis lors de la campagne électorale pour prétendument réformer l’Administration publique et la Justice, des départements que son chef lui a confiés, alors qu’aujourd’hui, Monsieur Neveu, le non moins divin Idarouss Hamadi, surnommé «Tonton-m’a-dit», lui attribue un 0,0%. Et il y a pire. En effet, si cette évaluation avait été faite par quelqu’un de sérieux, il va sans dire qu’aucun ministère n’aurait obtenu plus de 0,1%. Soyons concrets. Mohamed Bacar Dossar a fait quoi aux Relations extérieures? Rien! Moustadroine Abdou a fait quoi à l’Agriculture? Rien! Le rigolo Saïd Ali Chayhane a fait quoi aux Finances? Rien! Kiki a fait quoi à l’Intérieur? Rien! Baguiri a fait quoi aux Transports? Rien! Donc, ce prétendu «gouvernement» n’a rien fait de positif et n’en fera rien. Du mauvais naît toujours le pire, et on ne voit pas un gouvernement qui a la bénédiction du fugitif international Hamada Madi Boléro faire quelque chose de positif. Ces gens-là ne sont pas là pour le bien commun, mais pour danser le «Bumping» de rue, étaler des zizis devant les gamines (des vidéos circulent sous les manteaux et concernent même un voyou libidineux qui se cache à l’île Maurice), voler, assoiffer et affamer les Comoriens. Regardez comment le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani se noie dans un verre d’eau. Il est pathétique et se croit intéressant.

   Or, chaque fois qu’on dit qu’il est dans l’erreur, Msa Ali Djamal, le Directeur de l’Office de Radiotélévision des Comores (ORTC), se roule dans la fange, en insultant sur Facebook ceux qui osent douter de la divinité de son Dieu. En plus, il est incompétent et n’arrive même pas à diriger l’audiovisuel public, alors que pour se faire nommer, il publiait lui-même des saletés dithyrambiques sur Internet pour dire qu’il était l’homme capable de «révolutionner l’ORTC». Aujourd’hui, les Comoriens cherchent encore à déceler sa fameuse «révolution». Où est la «révolution» de Msa Ali Djamal à l’ORTC, et ce garçon est qui pour être nommé à ce poste? De toute manière, un homme qui plie les genoux devant son semblable pour mendier un poste ne peut jamais être quelqu’un qu’on a envie de respecter. Qu’on se le dise!

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 11 novembre 2016.

Powered by Comores infos