You are here: Home » Actualité » Un «gouvernement» gnangnan, gnognotte et bidoche

Un «gouvernement» gnangnan, gnognotte et bidoche

Un «gouvernement» gnangnan, gnognotte et bidoche

Un nouveau «gouvernement» dédié à Satan et au Diable

Par ARM

     Le jeudi 26 août 2021, le dictateur Assoumani Azali Boinaheri a donc nommé un nouveau gouvernement. Des origines de l’humanité à ce jour, tous pays confondus, jamais une équipe gouvernementale n’a suscité autant de commentaires, qui plus est, des commentaires négatifs, des lazzis et des quolibets. Les Comoriens ont raison de se déchaîner contre cette hérésie.

1.- Le baby-sitter Saïd Ali Saïd Chayhane va continuer à donner le biberon au bébé adulte de son maître, mais sans être ministre. La dictatrice Ambari Darouèche se venge.

2.- Kiki, viré du ministère de l’Intérieur, tuait en se servant de ses escadrons de la mort, pendant que son successeur, Fakridine Mahamoud Mradabi, tue de ses propres mains.

3.- Le départ de Mohamed Housseine Djamalilaïli du ministère de la Justice avait inquiété ses protégés, les pédophiles et les incestueux, mais son successeur, le berger Djaé Ahamada Chanfi, les rassure: qu’ils se calment car il va continuer à les faire biberonner et à les protéger. Il leur donnera le sein, au besoin.

4.- En ayant la haute main sur Comores Télécom, Bianrifi Tarmindhi rassure les piqueniqueurs et les ivrognes de tous bords sur la poursuite de leurs beuveries dominicales.

5.- En nommant ministre Mzé Abdou Mohamed Chafioun, après avoir nommé l’analphabète et ancien gardien de parkings à Paris qu’est Mohamed Chatur Badaoui Ambassadeur à Bruxelles, le dictateur de Mitsoudjé croit corrompre Mbéni et maîtriser l’enfant bien-aimé de la ville, le Vice-président Mohamed Ali Soilihi. Il avait essayé cela avec Hamidou Karihila Hamadi, et avait échoué lamentablement. Mbéni = dignité.

6.- Après Mohamed Elamine Souef, c’est son frère Kamaldine qui devient ministre dans leur dictature de Mitsoudjé. Kamaldine Souef n’a laissé que des saletés là où il est passé, de la représentation de l’ONU à Moroni à la Douane. Il est demandé à un cancre qui n’était jamais admis en première session des examens à l’Institut supérieur du Commerce et d’Administration des Entreprises (ISCAE) de Casablanca au Maroc de planifier et de gérer le budget d’un pays. Et puis, quoi encore?

7.- Au ministère de l’Agriculture, de la Pêche et autres babioles, le crieur public, aboyeur de rues et insulteur officiel Houmed Msaïdié Mdahoma a des motifs de continuer à recevoir des cageots de poissons blancs venant de son chaouch Abacar Sahiou de Mohéli, et de persévérer dans la plantation du gazon au lieu de plantes nutritives.

8.- Djaffar Salim Allaoui, que je connais depuis 1986 au Maroc, me disait en 2016 avoir refusé de devenir le colistier du dictateur Assoumani Azali Boinaheri à Anjouan, le trouvant trop médiocre. Depuis, il lui lave les slips et chaussettes, et en boit l’eau. Son «expertise» se limite à une haine bestiale envers le Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi.

Circulez! Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Satan est en train de se réjouir auprès de ses adeptes membres de ce «gouvernement» des enfers.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 27 août 2021.

Powered by WPeMatico