You are here: Home » Actualités » Une lettre à mon confrère et ami Dr ARM : Me Fahami à Beit-salam

Une lettre à mon confrère et ami Dr ARM : Me Fahami à Beit-salam

 
  Une lettre à mon confrère et ami Dr ARM : Me Fahami à Beit-salam
Cher confrère, j’ai parcourus avec beaucoup d’intérêt ton post sur l’a rencontre entre le dictateur AZALI et M.Fahami a Beit-Salam. Le moins que l’on puisse dire, ta plume a été très acerbe à l’endroit de l’ancien gouverneur Mouigni Baraka. Pourtant ce que l’ancien gouverneur a dit, selon ton post, sur Me Fahmi n’est pas faux : « Fahmi ne represente en politique que lui-même. » Et pourtant ceci est la stricte vérité. En effet, celui-ci est devenu un électron libre qui, depuis l’  emprisonnement de Sambi, sa carrière politique est mort clinique. Il faut être aveugle pour ne pas s’en apercevoir que cette carrière subit en ce moment une pétrification avancée et ceci justifie largement sa demande de rendez-vous auprès de celui que tu nomme à longueur de journée « ba kapiha, dictateur » etc.

Mon cher DR ARM, Plus loin, tu as écrit aussi que Me Fahmi est « un homme  qui rétablit la vérité et cela de la manière la plus énervante pour ses détracteurs et ses adversaires. » Dans la logique humaine, un homme qui rétablit vérité, commence généralement par défendre ses propres amis lorsque ils sont victimes des injustices et ce n’est pas le cas de ton ami, Mr Fahmi vis-à-vis de son mentor, l’ancien président Sambi qui a fait de lui un ministre et un candidat présidentiable. Et de surcroît comment peut-être un l’homme qui rétablit la vérité, lorsqu’il rend visite au colonel AZALI, le bourreau de son ami Sambi qui est cage depuis 2 ans.  Alors où est la justice et où est la vérité de cet homme que tu vantes avec brio?

Mon frère , depuis plus de 3 ans, tu peignes et nous peignons tous AZALI comme le diable en personne, l’homme sans foi ni loi… Et pour ma part, si un ami décide de rendre visite au diable, je crois que je garderai ma distance vis-à-vis de lui, compte-tenu de mes principes et mes valeurs. Tous, nous avons déclaré qu’AZALI et l’ennemi du peuple et le jour où mon ami A. Hassane est parti poser à Beit-salam, mon rôle était de lui faire comprendre que son geste était contre productif et soutenait la violation des instituions et la démocratie.

Mon frère, j’espère que tu sauras pardonner mon geste car le sens de l’amitié est de savoir s’apprécier et se rappeler à l’ordre.

Mbadakome1

Remix de mbadakome1

Powered by Comores infos