You are here: Home » Uncategorized » Une nouvelle épidémie: le «soutien au référendum»

Une nouvelle épidémie: le «soutien au référendum»

Une nouvelle épidémie: le «soutien au référendum»

Nouvelle trouvaille de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé

Par ARM

     La «Ripoux-blique» de Mitsoudjé est devenue la plus grande fabrique mondiale des faux slogans et des mots d’ordre creux. Elle a inventé «l’émergence émergente du pays émergent à l’horizon 2030», dans un pays qui ne peut même pas fabriquer un cure-dents, encore moins payer le salaire de ses fonctionnaires et agents de l’État sans recourir à des aides budgétaires étrangères. Toute honte bue, elle a péroré en qualifiant de «nationales» des assises familiales, claniques, villageoises et partisanes transformées en «asseyez-vous et taisez-vous!», nonobstant le rejet total et catégorique de ce forum de la haine, du mépris et du mensonge par l’écrasante majorité des Comoriens. La même «Ripoux-blique» de Mitsoudjé vient de trouver une nouvelle lubie: réunir dans les hameaux, villages et villes 20 individus à qui de l’argent a été distribué, et claironner par la suite que «Tel village soutient le référendum». C’est devenu une épidémie qui ravage tout à son passage.

Bientôt, il n’y aura pas un hameau qui ne «soutiendra» pas le référendum, après avoir «soutenu» les «asseyez-vous et taisez-vous!», bien évidemment par le rejet. Que valent 20 personnes dans une ville de 5.000 habitants? Kiki, qui ne sait même pas ce qui l’attend, pousse la goujaterie jusqu’à barrer les routes pour organiser ses prétendus meetings de «soutien populaire» à un référendum qui n’aura jamais lieu et qui est déjà condamné par la communauté internationale. Pour sa part, Bellou Magochi, qui ne se lave plus ces derniers temps, sans le moindre respect pour les Comoriens, ose déclarer en public, dans le but d’insulter et de menacer les Anjouanais: «Sambi ne sera pas libéré, et les menaces des Anjouanais n’y changeront rien», ajoutant, dans la même veine: «Les leaders du rassemblement dans le Naziko seront arrêtés, et devront répondre de leurs actes devant la Justice». Comment un membre du pouvoir exécutif peut-il connaître à l’avance ce que sera une décision de Justice? Décidément, Bellou Magochi est nullissime et devra apprendre à fermer sa grande gueule.

Bellou Magochi conjugue trop de verbes au futur, sans dire «Incha Allah», «Si Dieu le veut». Il est arrivé à un tel niveau d’arrogance qu’il croit qu’il peut même décider à la place de Dieu. Pourtant, au train où vont les choses, son chef, le «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», doit ouvrir les yeux et se rendre à l’évidence: si le référendum devait avoir lieu et s’il devait se tenir dans des conditions démocratiques, le «Oui» n’obtiendrait même pas 2% de suffrages favorables. Mais, ce référendum ne se tiendra pas. Il n’y aura pas de référendum aux Comores en juillet 2018 pour satisfaire les lubies dictatoriales du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri et les folies dépensières d’Ambari Darouèche, sa première épouse, qui se vante publiquement de ses amours dans une caserne de Pamandzi, Mayotte, avec le Colonel Mohamed Bacar, le tortionnaire et assassin du temps de sa dictature séparatiste à Anjouan.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 10 juillet 2018.

Powered by Comores infos