You are here: Home » Actualité » Une opposition à 1.000 têtes, sans chef, est un vil crime

Une opposition à 1.000 têtes, sans chef, est un vil crime

Une opposition à 1.000 têtes, sans chef, est un vil crime

Pour la crédibilité de l’opposition, tous les faux-culs dehors!

Par ARM

       L’opposition comorienne mène une lutte courageuse contre le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali, petit-fils de Boinaheri. Depuis qu’il est très difficile de lutter de l’intérieur du pays, l’opposition se regroupa en France… sans chef. Des actes sont posés. Mais, le tyran reste en place, gagnant en violence, mépris et arrogance narcissique. Il reste au pouvoir parce que l’opposition a commis son péché originel: elle veut unir des gens qui se méprisent, se haïssent, se combattent. C’est très dangereux. Personnellement, dès le jour où les juristes de l’Opposition ne veulent plus que je mêle de leurs affaires, demandant même à ce que le lien pour la participation aux visioconférences ne me soit pas envoyé, je m’en suis retiré, et quand on me demande mon avis, je ne le donne pas. Ce qui se passe au sein de cette opposition ne me regarde pas. Je n’appartiens pas à ce milieu, et je laisse les meilleurs donner la preuve de leur expertise, compétence et excellence. On ne fait rien dans la haine et le rejet de l’autre.

Vouloir réunir les opposants et les «opposants» est stupide. Si en mathématiques et en physiques, on peut allier le positif et le négatif, cette alchimie est inopérante en politique. Qui ne sait pas que l’avocat déchu Judas Saïd Larifou reçoit ses ordres du dictateur fou et terroriste Assoumani Azali, petit-fils de Boinaheri, son employeur? Pourquoi l’opposition ne chasse pas de ses rangs cet incompétent corrompu et malfaisant qui n’a qu’un seul but: semer la zizanie et la haine au sein de l’Opposition? Pourquoi vouloir garder au sein de l’Opposition un malfaiteur qui a rejeté tous les actes de la vraie Opposition? Qu’a apporté l’avocat déchu Judas Saïd Larifou à l’Opposition pour que celle-ci garde ce loup habillé en brebis?

L’Opposition a un noyau dur. Autour de celui-ci, gravitent des dynamiteurs, qui perdent même devant un cocotier. L’Opposition réussira en coupant ses branches mortes pour qu’elles aillent brûler ailleurs. L’Opposition doit être plurielle, pour son efficacité et sa crédibilité.

Les Comoriens sont furieux. Ils se demandent pourquoi l’Opposition accepte en son sein son pire ennemi, l’avocat déchu Judas Saïd Larifou, le bachibouzouk qui s’acharnait contre elle hier, se vantait d’être à l’origine de l’emprisonnement anticonstitutionnel, illégal et immoral d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, l’irresponsable maudit qui avait organisé les «Assises “nationalesˮ» ayant conduit à la destruction de la Constitution et des institutions de tout un pays, le terroriste qui a soutenu, encouragé et validé la mise à mort de la Cour constitutionnelle, pilier de la Justice constitutionnelle, le thuriféraire haineux et menteur qui se rendait de village en hameau pour dire à la population qu’un dictateur fou et maudit est capable de réaliser «l’émergence à l’horizon 2030», dans un pays démantibulé et à terre, le faux juriste qui avait requis la peine de mort contre des jeunes Mohéliens innocents, dans l’affaire des clous répandus sur la piste de «l’Aéroport» de Mohéli par la dictature elle-même.

L’avocat déchu Judas Saïd Larifou et les autres malfaiteurs de son acabit devraient militer, mais loin de la vraie Opposition. À cause de l’avocat déchu Judas Saïd Larifou, l’Opposition a perdu sa crédibilité. Les pays étrangers l’ont entendu hier dire que le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali, petit-fils de Boinaheri, était le champion de l’État de Droit, de la démocratie, des droits de l’Homme et de la bonne gouvernance. Aujourd’hui, ils l’entendent dire le contraire. Ils le méprisent, et ce mépris rejaillit sur la vraie Opposition.

L’Opposition ne peut plus continuer à avoir 1.000 têtes, sans véritable chef, ni leadership. Le proverbe comorien dit: «Le navire conduit par des gens du même âge n’avance jamais».

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 25 mars 2021.

Powered by WPeMatico