You are here: Home » Actualités » Vandalisme, rapines, vols, sabotages et brigandages

Vandalisme, rapines, vols, sabotages et brigandages

Vandalisme, rapines, vols, sabotages et brigandages

À Mohéli, la MAMWÉ se livre à des truanderies et vols

Par ARM

     De nouveau, les Mohéliens sont très en colère. Alors qu’ils sont privés même du peu d’électricité dont ils pouvaient disposer de 10 heures à 2 heures du matin, et après avoir subi une coupure totale de trois jours sans justification, ils voient du matériel de la MAMWÉ – dont des contreplaqués – quitter les locaux de la moribonde société d’eau et d’électricité pour le domicile privé de ce dirigeant qui a brillé par son incompétence criminelle et par son insouciance notoire. Taisons son nom puisque tout le monde le connaît. Si on doit résumer la situation, on doit dire que si au niveau des Comores les agissements criminels de la MAMWÉ relèvent du deuil, ceux de la moribonde société à Mohéli relèvent de l’enfer. Sinon comment peut-on comprendre que le Directeur régional de la scélérate société à Mohéli, pour avoir appris qu’il serait sur le point d’être limogé, prit les devants et démissionna et, sans attendre son remplacement et une passation de service en bonne et due forme, prit la fuite, abandonna la société à son triste sort et les Mohéliens dans une obscurité totale. Il a agi comme un conducteur de voiture qui a conduit son véhicule jusqu’à un passage à un niveau, descendit de ce dernier à l’approche d’un TGV lancé à 513 km à l’heure, alla sur le bas-côté, prit un jerrican d’eau et s’en lava les mains sans regarder les cadavres des passagers qu’il vient de livrer à une mort certaine et horrible. Et s’il n’y avait pas le déménagement de tout ce matériel qui part de la comateuse société vers ce domicile privé et qui plonge le Tout-Mohéli dans l’émoi et dans la colère…

     La MAMWÉ à Mohéli est un cauchemar permanent. À la demande du gouvernement et sans que les incompétents dirigeants de la société criminalisée ne fournissent le moindre effort, la République populaire de Chine a fourni du matériel flambant neuf, dont de puissants groupes électrogènes, à la Direction régionale de Mohéli. Et les ingénieurs chinois ont été catégoriques: «C’est un matériel électronique hautement sensible et hypersophistiqué. Au moindre problème, vous faites appel à nous, sans toucher à ce matériel. Ne touchez à rien». Or, que font les gens de la MAMWÉ à Mohéli en cas de problème? Ils prennent des marteaux et se mettent à cogner sur le matériel avec des «han!» de bûcherons du Nord du Canada. Des forcenés doublés de soudards! Et les ingénieurs chinois n’aiment pas beaucoup qu’on leur parle de Mohéli en ce moment. En son temps, le Président Ahmed Abdallah disait qu’«il faut être aidable», et les voleurs de la MAMWÉ sont en train de démontrer que les Mohéliens ne sont pas des gens sérieux et aidables. Les mêmes chérubins de la moribonde société ont même volé l’ordinateur faisant fonctionner l’ensemble. Dès lors, la question que le Tout-Mohéli se pose légitimement est celle de savoir ce qu’on pourra bien faire d’un tel engin dans un endroit comme Mohéli. Sommes-nous en présence d’un rat transportant une barre de fer et d’une chèvre portant un collier de perles? La question est légitime, et si les autorités fournissaient l’effort de mener une enquête, elles découvriraient beaucoup de choses parce qu’on ne voit pas ce qu’on va faire à Mohéli d’un ordinateur qui va propulser des navettes spatiales jusqu’à des planètes se trouvant à un millénaire-lumière de la Terre.

     Quand on examine les réservoirs qui alimentent en carburant les groupes électrogènes de la société criminalisée à Mohéli, on constate qu’ils comprennent des «biberons» à partir desquels, tous les voleurs de la société à Mohéli vont «biberonner» du carburant. Et chaque voleur a son «biberon», et malheur à celui qui dépose son bidon de 50 litres de carburant sur l’emplacement réservé aux autres. Ça déclenche des guerres interminables, la guerre des voleurs du carburant de l’État en toute impunité. Et on changera chaque jour de Directeur général de la scélérate société que cela ne changera rien puisque la responsabilité du moribond n’est jamais confiée à un véritable gestionnaire mais à un rigolo enfariné de la pire espèce. La gestion est une affaire de gestionnaire et non celle du premier venu qu’on ramasse dans la rue. Mohéli souffre. Au lieu de 10 heures du matin, les Mohéliens doivent désormais attendre jusqu’à 23 heures pour une petite heure de sortie de ténèbres. Il est dit que c’est Chic qui va diriger la société moribonde à Mohéli. On dit de lui qu’il est un grand travailleur et qu’il a fait ses preuves par le passé. Pourtant, les Mohéliens ne vont pas donner un blanc-seing à Chic, même s’il est connu pour être un garçon sympathique et chaleureux. Chic sera jugé sur ses résultats, et devra commencer par mettre hors d’état de nuire les voleurs de carburant, les saboteurs et les vandales.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 5 janvier 2016.

Powered by Comores infos