You are here: Home » Mayotte » Villeneuve d’Ascq : où en est l’enquête sur l’étudiant mahorais retrouvé mort dans une résidence universitaire ?

Villeneuve d’Ascq : où en est l’enquête sur l’étudiant mahorais retrouvé mort dans une résidence universitaire ?

Il y a une semaine, le corps d’Abdallah El Anfani, 22 ans, était retrouvé dans sa chambre de la résidence étudiante Galois de Villeneuve d’Ascq. Selon les enquêteurs, le jeune homme, qui vivait isolé, avait été hospitalisé dans une unité psychiatrique en juin.
Il y a une semaine, le corps en état de décomposition d’Abdallah El Anfani, 22 ans, était retrouvé dans sa chambre de la résidence Galois, sur le campus de la Cité Scientifique de Villeneuve d’Ascq. Aujourd’hui, les investigations se poursuivent. Les résultats des analyses toxicologiques sont attendues pour le début de la semaine prochaine au plus tard.

Qui était cet étudiant ? 

Né en 1993 et originaire de l’île de Mayotte, Adallah El Anfani étudiait les sciences économiques à l’Université de Lille 1, lors de l’année 2013/2014. Il ne s’était pas réinscrit l’année suivante mais occupait toujours une chambre à la résidence étudiante Galois. « On lui a laissé le temps de régulariser sa situation », nous a-t-on expliqué au CROUS de Lille. « Il n’était plus assidu et l’appartement lui avait été laissé dans un souci humanitaire », confirme-t-on au parquet de Lille. Selon le CROUS, le dernier contact remonterait en septembre dernier. Le secrétaire de la résidence avait eu une discussion avec lui « à travers la porte » au sujet de pièces manquantes à son dossier.

Hospitalisé dans une unité psychiatrique en juin

La famille de l’étudiant mahorais avait alerté les services de l’université il y a quelques mois car il avait cessé de s’alimenter. Elle a même envisagé de lui envoyer un billet d’avion pour rentrer à Mayotte. « Ça a commencé par le fait qu’il n’avait pas droit à la bourse », a déclaré sa mère dans une interview à KTV, une chaîne locale mahoraise. « Il avait déjà dépensé toutes ses économies pour pouvoir survivre, payer son loyer et se nourrir. Quand il ne pouvait plus payer ses factures, c’est nous qui les recevions. Puis est arrivé le moment où quand on lui parlait, il avait tellement faim et mal à la tête qu’il ne comprenait même plus ce qu’on lui disait ». « Les services sociaux avaient réagi et il avait été hospitalisé dans unité psychiatrique mi-juin », explique-t-on au parquet de Lille. « Il présentait des troubles de la personnalité. Mais il est sorti de l’hôpital au bout de trois jours seulement et est retourné dans son appartement ».

Un jeune homme isolé 

Les enquêteurs ont pris contact avec des membres de sa famille vivant en région parisienne, notamment un demi-frère avec lequel il avait des « contacts épisodiques ». « Il ne fréquentait personne, ne voyait personne et personne ne semble s’être préoccupé des suites de son hospitalisation », indique-t-on au parquet. Abdallah El Anfani s’est-il laissé mourir de faim dans sa chambre étudiante ? Les résultats des analyses attendus par les enquêteurs permettront peut-être de le déterminer. Le parquet exclut en tout cas la thèse criminelle. « Sa mort n’a pas d’origine traumatique, ce qui permet d’exclure l’intervention d’un tiers ». Le jour de la macabre découverte, l’un de ses voisins de chambre nous avait affirmé s’être plaint auprès des responsables de la résidence d’une très forte odeur dans les couloirs. Le CROUS de Lille dément avoir reçu une telle plainte.
Par france3-regions.francetvinfo

Villeneuve d’Ascq : l’enquête sur la mort d’un étudiant dans une résidence universitaire

Powered by Comores infos