You are here: Home » Actualités » Visas étudiants pour la France : Les étudiants dénoncent des rejets massifs

Visas étudiants pour la France : Les étudiants dénoncent des rejets massifs

La crise diplomatique qui oppose Paris et Moroni n’en finit pas de faire couler de l’encre. Alors que l’ambassade de France à Moroni avait cessé de délivrer des visas aux ressortissants comoriens désirant se rendre en France, cette dernière était revenue sur sa décision et déclarait traiter les dossiers des étudiants souhaitant poursuivre leurs études dans l’hexagone.

1 mois après cette levée partielle des sanctions, une soixantaine d’étudiants crie sa colère devant les « refus massifs » et quasi systématiques de demandes de visa. 61 demandes de visas refusées sur 100 déposées. C’est le constat amer d’étudiants qui ont vu leurs dossiers rejetés pour des « motifs saugrenus ». Au lendemain de la levée de sanction de Paris sur le cas des demandes de visas des étudiants comoriens souhaitant se rendre en France pour leurs études, la tension reste vive.

« Nous sommes profondément déçus des réponses de l’ambassade de France à Moroni car nous sommes nombreux à avoir déposé nos dossiers et la plupart d’entre nous ont vu les leur rejetés, s’indigne Soilahoudinne. On en vient même à se demander si ce n’est pas pour leurs intérêts pécuniaires qu’ils ont accepté de traiter nos dossiers », a-t-il regretté. Pour chaque dossier déposé, une somme de 30 000 francs comoriens (60€ ) non remboursable est demandée.

Frustrés, les étudiants se sont mobilisés pour revendiquer leurs droits; tous regrettent et dénoncent l’attitude de l’Ambassade de France. « On a respecté les instructions données par la représentante de la France à Moroni à la lettre et aujourd’hui, on se retrouve avec 61 refus sur 100 dossiers. C’est vraiment étonnant! », a observé Rafioun Mohamed Toihir, étudiant.

Devant ces refus, Faisoil Abdillah, professeur de Physique Chimie, estime que l’ambassade de France doit faire en sorte d’annoncer sa réponse tôt concernant les demandes de visas, pour aider les recalés à rebondir sur une autre voie. « Il n’y a pas qu’en France qu’on peut poursuivre ses études supérieures. Il y a d’autres endroits. Mais le mieux est de donner les réponses dans les meilleurs délais pour ne pas condamner les étudiants ».

Les étudiants eux, devraient rencontrer le ministre des affaires étrangères prochainement pour échanger sur le sujet. Pour rappel, les visas pour la France étaient complètement suspendus suite au refroidissement des relations Paris et Moroni sur la question de Mayotte. Après des négociations, la partie française avait accepté d’assouplir sa position pour le cas spécifique des visas étudiants, afin de leur permettre de poursuivre leurs études supérieures en France.

Kamal Gamal Abdou

Powered by Comores infos