You are here: Home » Non classé » Vœux de nouvel an au président I Le chef de l’Etat appelle à l’unité devant les corps constitués à Beit-Salam

Vœux de nouvel an au président I Le chef de l’Etat appelle à l’unité devant les corps constitués à Beit-Salam

Politique |  06/01/2021 –

image article une

Les traditionnelles cérémonies de vœux de nouvel an aux corps constitués ont démarré hier à Beit-Salam avec la réception des membres du gouvernement, des directeurs des administrations publiques et privées, des magistrats et des avocats, des organisations patronales, des syndicats et organisations de la société civile. Les représentants et délégués de ces corps sont allés présenter leurs meilleurs vœux de nouvel an au chef de l’Etat, Azali Assoumani et profiter de l’occasion pour faire part de leurs doléances.

Une délégation composée des membres du gouvernement, des directeurs généraux des administrations publiques et privées, des sociétés d’Etat, du commissaire général au plan, du gouverneur de la Banque centrale, des magistrats et des avocats a été reçu hier mardi au palais de Beit-Salam par le chef de l’Etat. 
L’objectif était de venir souhaiter, au chef de l’Etat Azali Assoumani, les meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2021. Les responsables de ces institutions, par le biais du porte-parole du gouvernement, Houmed M’saidie, ont souhaité au chef de l’Etat, une bonne année de santé, de bonheur et de prospérité. 
Le porte-parole du gouvernement, a, dans son discours, évoqué la situation qui prévaut à Mwali. Depuis quelques jours, l’île fait face à une situation sanitaire alarmante suite à une flambée de cas qui inquiète la population (Lire page 2). Selon Houmed M’saidie «le gouvernement met tout en œuvre pour aider Mwali à surmonter cette crise. Le processus est déjà lancé pour une solution rapide à Mwali.» Le porte-parole du gouvernement a, par ailleurs, manifesté sa joie suite à la main tendue du chef de l’Etat à l’opposition à l’occasion du nouvel an.

Intervention de la communauté internationale

À la suite de son discours, Houmed M’saidie a répondu à la presse et est notamment revenu sur le sujet. «Le chef de l’Etat était très clair et nous lui avons rendu hommage également. C’est le moment ou jamais de venir s’asseoir ensemble, poser les problèmes qu’ils ont identifiés par rapport à certains aspects liés à la commission électorale, à des structures juridictionnelles, qu’on en parle maintenant et qu’on trouve des résultats afin d’éviter qu’à la veille des élections, on ne commence à crier au loup alors que nous avons largement le temps pour régler les problèmes. J’espère que nos amis de l’opposition vont répondre à cet appel», a-t-il déclaré. Concernant la question de l’opposition qui souhaite l’intervention de la commission internationale, le porte-parole du gouvernement estime que cette dernière n’intervient que s’il y a crise. Selon Houmed M’saidie «je ne vois pas pourquoi la communauté internationale devrait intervenir alors qu’il n’y a pas de crise. Mais là vous constatez très bien que la communauté internationale accompagne bel et bien le président de la République. Si l’opposition souhaite que la communauté internationale l’assiste, elle n’a qu’à lui demander, mais en ce qui nous concerne, nous avons de bonnes relations avec tous nos partenaires et les choses évoluent dans le bon sens.

 Le président est disponible pour discuter des éléments essentiels visant à préserver la stabilité, à renforcer l’unité du pays et à poursuivre les grands chantiers de développement», a-t-il fait savoir. Pour ce qui est du monde judiciaire, le président de la Cour suprême, Cheikh Salim, a présenté au nom de tous les magistrats, du personnel de la justice et des avocats issus des différents barreaux régionaux, les meilleurs vœux de santé, de bonheur et de réussite, au chef de l’Etat, pour sa «volonté inébranlable de conduire le pays dans la paix et la stabilité des institutions républicaines, du bien-être et la cohésion sociale». Le président de la Cour suprême a, dans son discours, félicité le chef de l’Etat, son gouvernement, les forces de défense et de sécurité, le personnel médical et paramédical en charge de la lutte contre la Covid-19,»pour le courage, l’abnégation et la persévérance dans la gestion de la pandémie du coronavirus.»

Cheikh Salim a dit «vouloir au nom de ses collègues magistrats, rendre un hommage appuyé au directeur de cabinet du président de l’Union, au ministre des Finances et du Budget ainsi qu’au ministre de l’Intérieur pour leur contribution et leur accompagnement dans l’organisation et la tenue des élections législatives et communales en janvier et août 2020». Dans son mot de remerciements, le chef de l’Etat Azali Assoumani a exhorté les ministres et les conseillers à collaborer et à travailler pour un meilleur avenir du pays. Il s’est ensuite adressé aux magistrats et aux avocats en particulier au nouveau bâtonnier, Me Abdouloihabi Mohamed. Le chef de l’Etat a félicité le chef du Conseil de l’Ordre des avocats d’avoir eu le courage d’endosser le rôle de bâtonnier de tous les avocats tout en espérant qu’il sera à la hauteur des attentes placées en lui. «Nous nous connaissons depuis l’époque où j’étais commandant de la Fcd, lorsque j’étais aussi chef d’Etat-major et je me réjouis de la manière dont nous avons pu collaborer jusqu’à présent. J’espère que notre entente sera un exemple à suivre et que tout le monde pourra s’en inspirer. C’est la seule solution pour arriver à l’Emergence dont nous nous sommes fixés», a-t-il dit. 

Dans l’après-midi d’hier, ce sont les représentants, membres et délégués du secteur privé et des syndicats et organisations de la société civile qui ont été reçus. Le syndicat des journalistes comoriens a été représenté par son secrétaire général Chamsoudine Said Mhadji. Au cours de cette rencontre, ce sont respectivement la patronne de la Nouvelle Opaco, Sitti Djaouharia Chihabiddine et la présidente du Comité de normalisation de la Fédération de football des Comores (Ffc), Kaniza Ibrahim qui se sont exprimés au nom de tous les syndicats représentés. 
Dans son discours, Sitti Djaouharia Chihabiddine  a mentionné les difficultés du secteur privé qui sort affaibli à cause de la pandémie de Coronavirus. «La pandémie de la Covid-19, quelques mois seulement après le passage du cyclone Kenneth, a mis à mal l’ensemble du secteur privé comorien». Elle a aussi rajouté qu’en-dehors de la pandémie s’ajoute le problème énergétique. «Les problèmes énergétiques qui semblaient être derrière nous grâce à votre engagement personnel, ressurgissent et alourdissent les difficultés des entreprises. Cette situation exige des réponses de l’Etat».

Mais, dans le même temps, elle a salué les mesures d’accompagnement du gouvernement à l’endroit du secteur privé en demandant, la présence constante des autorités dans ces moments difficiles. «Ces mesures étaient utiles mais insuffisantes pour apporter des réponses réelles aux difficultés de la trésorerie des entreprises», dit-elle avant de poursuivre : «la loi des finances 2021 projette une hausse de recettes par rapport à l’année dernière, alors que toutes les entreprises sont touchées lourdement. Certaines d’entre elles sont contraintes de fermer les portes». Pour conclure, Sitti Djaouharia Chihabiddine  a sollicité un dialogue permanent entre le secteur privé et le président pour «partager les informations sur la situation économique et surtout faire l’évaluation des décisions prises». 
De son côté, le chef de l’État a accepté les doléances du secteur privé et propose un calendrier des réunions en mars et en septembre pour «échanger sur l’évolution et la situation économique et faire l’évaluation avant la session parlementaire d’avril et celle d’octobre». Le président de la République a montré sa disponibilité à accompagner les opérateurs économiques, car c’est grâce à eux que l’administration fonctionne.

Pour la présidente du Comité de normalisation de la fédération de football des Comores (Ffc), Kaniza Ibrahim «le football comorien, que j’ai l’honneur de diriger, a connu une année dense, malgré les difficultés liées à la pandémie». Elle a demandé le soutien du gouvernement pour la qualification des Comores à la Coupe d’Afrique des Nations. «A deux doigts d’une première qualification historique à la Coupe d’Afrique des Nations, nous devons nous serrer les coudes et offrir les meilleures conditions de réussites à nos vaillants Cœlacanthes. Les rendez-vous du mois de mars prochain contre le Togo à Moroni et par la suite contre l’Egypte au Caire sont capitaux. Nous savons que nous pouvons compter sur vous monsieur le président, votre appui a toujours été déterminant», a-t-elle fait savoir. En réponse, le président rassure la fédération sur son soutien indéfectible aux Cœlacanthes.

Chamsoudine Saïd Mhadji
et Yahaya Zakaria

Powered by WPeMatico