You are here: Home » Uncategorized » Youssoufa Idjihadi et Bellou: conclave à l’Assemblée

Youssoufa Idjihadi et Bellou: conclave à l’Assemblée

Youssoufa Idjihadi et Bellou: conclave à l’Assemblée

Assoumani Azali les a dépêchés auprès d’Abdou Oussene

Par ARM

     «Maçavache». Ce mot marocain signifie «ça ne va pas». Eh bien, «maçavache» entre le Grandissime Docteur Abdou Oussene, Président de l’Assemblée de l’Union des Comores et beau gosse autoproclamé dans les instances parlementaires internationales, et le «pouvoiriste» polygame Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Pas plus tard que dans la matinée de ce samedi 7 avril 2018, nous vous signalions le fait que le Grandissime Docteur Abdou Oussene confiait aux membres de son cabinet, le vendredi 6 avril 2018 que, d’une part, le dictateur de Mitsoudjé l’oblige à accuser Ahmed Sambi de toutes sortes de méfaits à l’Assemblée de l’Union des Comores, et d’autre part, à empêcher l’entrée au sein de l’institution de Députés membres du Juwa, le parti politique de l’ancien et inévitable prochain Président Ahmed Sambi.

La stratégie de la gueule ouverte du Grandissime Abdou Oussene a tellement inquiété et énervé le dictateur de Mitsoudjé que ce dernier a dépêché auprès de lui dans la matinée de ce samedi 7 avril 2018 Bellou Magochi, le Directeur de son Cabinet chargé de la Défense, accompagné de Youssoufa Idjihadi dit Youssoufa Mfamanga («Youssoufa-poisson-séché», l’ancien vendeur de poisson séché), le chef d’État-major chargé de gris-gris et amulettes de Madagascar. Le but de cette intrusion matinale à l’Assemblée de l’Union des Comores est de rencontrer le beau gosse Abdou Oussene, bavard qui ne sait pas garder des secrets explosifs.

Pour le moment, rien n’a filtré du conclave du Pape de Mitsoudjé, et le Tout-Moroni se perd en conjectures. Même Saïd Ahmed Saïd Ali, le beau gosse de Ntsoudjini, l’Othello tropical et descendant en ligne directe de l’écrivain anglais William Shakespeare, qui a écrit Othello et Roméo et Juliette sous l’arbre à pain et le cocotier jouxtant la case de ses ancêtres, avoue au téléphone ne pas être au courant des raisons de cette folle visite. Ce qui a étonné les Conseillers du chef de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé, c’est le fait que leur maître ait demandé au chef d’État-major de l’Armée d’accompagner Bellou Magochi, le dadais qui porte la chaussure gauche au pied droit, et inversement. C’est très étrange.

Bien évidemment, il y a une relation de cause à effet entre les confidences du poison Abdou Oussene aux membres de son Cabinet et ce déplacement incongru, qui n’est pas sans rappeler celui qu’avait effectué en ce même lieu le même Youssoufa Mfamanga le 15 avril 2016 pour obliger la Commission électorale à proclamer des résultats incomplets, fraudés, frauduleux et anticonstitutionnels. Ce qui est sûr, c’est que nous saurons tout sur cette visite et, en ce moment-là, nous ne serons ni taiseux, ni cachottiers, mais vous dirions tout. Aux Comores, tout finit pas se savoir. Tout. Absolument tout. Comme d’habitude. Patientons…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 7 avril 2018.

Powered by Comores infos